Archive des tags | troisième degré reiki

Le troisième degré de Reiki

Ce dernier degré est parfois enseigné avec un quatrième degré. C’est-à-dire, qu’il doit se faire au minimum sur trois jours voire quatre ou cinq jours.
Il y a une initiation pour le troisième degré et une autre pour le quatrième. La dernière a cela d’intéressant qu’elle exige de l’initié sa propre participation active à son initiation. Ainsi, il devient Maître à son tour et entre dans la lignée de tous les Maîtres de Reiki depuis Mikao Usui.
C’est un moment important de la vie d’un initié, car il perd son Maître, et devient à son tour un être capable d’apporter l’enseignement d’un art de vivre.
Le troisième degré de Reiki enseigne à agir par le non-agir. Ce concept parait antinomique, complètement en opposition pour ne pas dire absurde s’il parvenait à l’oreille d’un profane. C’est que l’esprit ne peut concevoir l’idée qu’on ne fasse rien pour que l’on puisse mener une action tangible.
Et pourtant, le Reiki propose cette aventure humaine par une révélation toute simple.
L’univers nous a choisis pour se manifester en nous !
Tout à coup, nous devenons l’instrument de l’énergie universelle de vie. Nous participons tellement à son activité propre, c’est-à-dire universelle et harmonieuse, que nous n’avons rien à faire pour que tout en nous soit complètement activé.
Ce concept est d’autant plus fort et plus appréciable qu’il est enseigné à l’aide d’un autre symbole. En fait, le troisième degré contient l’apprentissage de plusieurs symboles, mais celui qu’on retiendra est celui de « Maître ». Ce dernier permet d’initier d’autres personnes, d’initier et d’activer l’énergie dans ces différentes manifestations.
La méditation entre dans cet enseignement avec une part très importante. Certains Maîtres ajoutent des pratiques tibétaines anciennes qui ont pour but de régulariser tout le système hormonal de l’organisme et de recréer un équilibre parfait pour que le Maître garde en lui constamment ce lien avec l’énergie universelle de vie.
Il faut pour entrer dans cette dimension, penser que tout ce que vous faites à vous-mêmes, vous le faites aux autres est inversement. Ce qui vous oblige à reconsidérer chacun de vos actes et de les mettre à la lumière du plus grand discernement.