Archive | avril, 2011

Mikao Usui, qui était-il ?

Mikao Usui était un homme de la fin du XXe siècle, désireux de transmettre son savoir autant que sa foi. Il enseignait le bouddhisme étant lui-même moine bouddhiste fervent. Un jour qu’il enseignait les textes sacrés sur la guérison, il dut répondre au questionnement d’un auditoire très curieux. Les jeunes disciples voulaient savoir si la guérison par imposition des mains avait été vérifiée. Ils voulaient s’assurer que cette pratique n’était pas seulement une légende, mais bien issue de faits réels.
Mikao Usui, qui n’avait jamais lui-même expérimenté ce genre de traitement, ou vu une guérison obtenue par ce procédé, ne voulut rien en dire de  plus. Il décida de cesser son enseignement afin de se donner les moyens de trouver une réponse, fût-elle négative, pourvu qu’il enseigne la vérité.
Il entreprit un long voyage à travers le monde pour aller chercher dans les archives, les textes sacrés et toute autre source d’information, l’existence de témoignages de techniques précises afin de réussir et enseigner lui-même ce travail de guérison.
Il traversa le Japon, la Chine, l’Inde, le Tibet. Il est dit qu’il se rendit même en Amérique. Certaines informations concernant ce voyage en Amérique ont été démenties, pourtant, il semblerait qu’il ait au moins parcouru l’Amérique latine où il aurait trouvé des rapprochements saisissants entre les symboles de Nazca et ceux qu’il utilisa ensuite dans son enseignement.
Lorsqu’il fut en possession de toutes les informations nécessaires, il se rendit compte que cela ne suffisait pas. Il ne savait pas comment appliquer cette connaissance nouvelle pour en faire profiter ceux qui en avaient besoin.
Il entreprit d’aller voir son ami prêtre pour lui faire part de son aventure, de ses découvertes et de son intention d’aller jeûner sur le mont Kurama, le temps de trouver la réponse à toutes ses questions.
21 jours furent le temps qu’il s’accorda pour comprendre ce mystère de la guérison par l’imposition des mains. Il se munit de 21 pierres, de façon à se défaire d’une au quotidien pour s’assurer de ne pas perdre la notion du temps et ne pas dépasser les 21 jours.
Lorsqu’il arriva au terme de sa méditation et de son jeûne, il se sentit vaciller et perdre connaissance. Un flash de lumière vint le surprendre en le faisant tomber à la renverse. Il resta inconscient quelques instants, avec une vision étonnante de tous les symboles qu’il avait pu contempler durant ses voyages qui lui revinrent à l’esprit avec une clarté époustouflante. En un instant, tout lui paraissait évident. Il comprenait comment se servir de ses mains pour les imposer, comment attirer à lui l’énergie universelle de vie, la respirer et la transmettre.

Lorsqu’il redescendit du mont Kurama, il eut à plusieurs reprises la possibilité de mettre à l’épreuve sa connaissance et de guérir plusieurs malades. C’est ainsi, qu’il décida d’enseigner ce qu’il allait appeler le Reiki, ce qui en Japonais signifie énergie universelle de vie.